Accueil > Uncategorized > Cote d’Ivoire : Ah les exactions ! En patrouille, 2 gendarmes dépouillés par des Frci

Cote d’Ivoire : Ah les exactions ! En patrouille, 2 gendarmes dépouillés par des Frci


Aucun jour ne passe sans que l’on ne compte de graves exactions des FRCI et de leurs supplétifs Dozo en Cote d’Ivoire.

Image

Yopougon-Banco 2

Les dozos exigent 500Fcfa à chaque habitant

Les chasseurs traditionnels du nord ont abandonné les savanes pour envahir les villes. On les retrouve actuellement dans le quartier Banco 2, dans la commune de Yopougon. Ces chasseurs appelés dozos ont établi leur base dans ce quartier où ils exigent à chaque habitant de payer la somme de 500Fcfa pour, disent-ils, assurer la sécurité du quartier. Le 25 décembre dernier, ils sont passés au domicile d’un certain K. K. J. pour lui réclamer cet impôt qui ne dit pas son nom. Ces chasseurs traditionnels, témoignent les habitants du quartier Banco 2, font des patrouilles en lieu et place de la gendarmerie et de la police.

Benjamin Koré

 

Yopougon-Ananeraie

Les Frci rackettent les commerçantes

Empruntez la voie qui part du centre de formation de la Sodeci situé à Yopougon-Ananeraie pour accéder à la pharmacie Siporex, non loin de la gare Utb, et vous verrez toutes les nuits comment les Frci abusent les passagers et particulièrement les commerçantes. Tous les cars en provenance de Dabou qui passent sur ce tronçon se heurtent à plusieurs barrages des Frci. Qui obligent les commerçantes du vivrier qui se trouvent à bord de leur remettre de l’argent. Seule condition pour éviter que les bagages des commerçantes soient déchargés. « Payez et vous allez passer ! Si les propriétaires des bagages ne paient pas, nous allons faire descendre tous ces bagages. Vous voyez ces bagages qui sont à terre, ils étaient au-dessus des cars de Dabou », menacent les éléments des Frci qui se croient à une foire une fois la nuit tombée.

 

Les commerçantes qui rentrent de Dabou avec de la tomate, des aubergines, du gombo, de l’attiéké et autres vivriers sont impuissantes face à la détermination des Frci à les rançonner. Ne sachant plus quoi faire pour poursuivre leur chemin, elles se voient dans l’obligation de se cotiser pour remettre de l’argent aux Frci. Sur ce petit trajet, elles se cotisent à chaque barrage. « Avec ces pratiques, comment les denrées ne peuvent pas être vendues à des prix exorbitants sur les marchés ? », s’indigne un occupant du car qui était juste à côté de moi. C’est vous dire que votre serviteur a été témoin de ce racket. Le ministre du Commerce Jean Louis Billon est interpellé.

B.K.

 

Abobo

En patrouille, 2 gendarmes dépouillés par des Frci

Deux gendarmes ont été dépouillés, le samedi 22 décembre dernier, par quatre éléments des Frci, de Ouattara. La scène s’est produite au corridor en face de la société Filtisac, dans la commune d’Abobo. Selon un policier qui a suivi les faits, c’est à la faveur d’une patrouille mixte regroupant Frci, policiers et gendarmes que les Frci ont arraché aux gendarmes leur argent.

Comment en est-on arrivé à cette situation ? Le policier témoin et qui a requis l’anonymat explique qu’après les contrôles de routine au corridor susmentionné, les quatre éléments des Frci ont demandé à leurs frères d’armes de partager ce qu’ils ont racketté. Pendant que les Frci préfèrent garder par devers eux ce qu’ils ont perçu.

Attitude que les gendarmes n’apprécient pas et refusent de donner leur « butin ». Les soldats pro-Ouattara qui se trouvent en position de force face aux gendarmes et policiers considèrent ce refus comme un affront et, sous la menace de leurs armes, décident de dépouiller les gendarmes de tout ce qu’ils possédaient. Le premier gendarme possédait la somme de 50000 Fcfa tandis que son collègue avait sur lui 75000 Fcfa. Les policiers, qui étaient en leur compagnie, ont préféré sauver leur tête en partageant équitablement ce qu’ils possédaient. Face à cette agression, des rumeurs relatives au refus des gendarmes de faire des patrouilles désormais en compagnie des Frci circulent.

Une correspondance d’Emile Kian

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :