Accueil > Uncategorized > Mise en liberté provisoire de 8 prisonniers politiques, Sébastien Dano Djédjé (1er SGA du Fpi) : « Ouattara doit être courageux pour libérer tous les autres prisonniers et favoriser le retour de tous les exilés »

Mise en liberté provisoire de 8 prisonniers politiques, Sébastien Dano Djédjé (1er SGA du Fpi) : « Ouattara doit être courageux pour libérer tous les autres prisonniers et favoriser le retour de tous les exilés »


Après la libération, jeudi, de huit prisonniers politiques détenus à Boundiali et Katiola, Sébastien Dano Djédjé, premier secrétaire général adjoint chargé de la réconciliation et de la cohésion sociale au Fpi, demande au régime Ouattara d’aller plus loin.

Image

Notre Voie : Comment avez-vous accueilli la mise en liberté provisoire, jeudi, de 8 proches du Président Laurent Gbagbo ?

Sébastien Dano Djédjé : ça a été un soulagement mais surtout une satisfaction. C’est depuis juin 2011 que nous nous battons. Les avocats ont demandé la mise en liberté provisoire pour tous nos camarades, mais leurs requêtes n’ont pas été accueillies favorablement dans la majorité des cas. Certains ont été libérés. Mais jusque-là, le gros lot était encore détenu. Aujourd’hui, le gouvernement a accédé à la requête d’un autre groupe de détenus. Ce que nous demandons au gouvernement, c’est de ne pas s’arrêter en si bon chemin. C’est de faire en sorte que tous les détenus politiques recouvrent la liberté. Au-delà des prisonniers, il faut favoriser le retour de tous les exilés politiques. C’est un premier pas. Nous le saluons à sa juste valeur. Nous demandons au gouvernement de poursuivre ses efforts.


N.V. : Comment vous expliquez-vous cette décision ?

S.D.D : Pour nous, c’est le résultat qui compte. Quelle que soit la méthode utilisée, c’est le résultat qui est le plus important. Aujourd’hui, ils sont sortis de prison, c’est cela qui est le plus important. Ce que je note, c’est que cet événement coïncide avec un certain nombre de faits qu’on a enregistrés ces derniers temps. Le président Miaka a conduit une importante délégation du Fpi à Paris, qui a rencontré les plus hautes autorités françaises. De Paris, il s’est rendu à Dakar, dans la capitaine sénégalaise, où il a rencontré le chef de l’Etat Macky Sall. Si ce sont ces rencontres qui produisent ces résultats, nous nous en réjouissons. Nous sommes contents pour nos camarades mais surtout contents pour la Côte d’Ivoire, parce qu’aujourd’hui, les Ivoiriens demandent que le pouvoir joue l’apaisement.

N.V : Devra-t-on attendre encore des mois pour que d’autres prisonniers politiques soient libérés ou les choses vont-elles s’accélérer ?

S.D.D : Je souhaite vivement que les choses s’accélèrent parce qu’il n’y a pas de raisons que nos camarades soient en prison aujourd’hui. Si c’était pour sanctionner le Front populaire ivoirien (Fpi) et tous les partisans de Gbagbo pour avoir été au pouvoir, je pense qu’ils ont suffisamment payé le prix. Après deux années en prison, j’estime qu’ils ont suffisamment payé. Il faut que les choses s’accélèrent pour que tout le monde recouvre la liberté et que les exilés rentrent. Il faut que le pouvoir ait le courage d’aller jusqu’au bout.


N.V. : Pourquoi parlez-vous de courage ?

S.D.D : En politique, il peut arriver qu’il y ait des courants contraires au sein d’un même camp. Si c’était le cas dans le camp du pouvoir, il appartient au chef de l’Etat d’être courageux pour dominer les extrémistes. La décision de libération des autres prisonniers peut être prise sans que le ciel ne nous tombe sur la tête. Le pouvoir doit libérer tous nos camarades.

N.V : Est-ce qu’on peut dire qu’on s’achemine enfin vers le bout du tunnel ?

S.D.D : C’est nous qui avons élaboré un mémorandum que nous avons remis au chef de l’Etat. La libération des prisonniers politiques, non seulement ceux de Côte d’Ivoire, mais celui de La Haye aussi, fait partie de nos préoccupations. A cela, s’ajoutent d’autres points. Toutes ces mesures sont de nature à aider la Côte d’Ivoire à retrouver la sérénité. C’est un geste qui peut aider la Côte d’Ivoire à aller de l’avant, et c’est pour cela que je demande au pouvoir d’être courageux pour aller plus loin.

Entretien réalisé par

César Ebrokié

ebrokie2@yahoo.fr

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :