Archive

Archive for septembre 2012

Brigade de gendarmerie de vridi-cite Comment les assaillants ont opéré

septembre 22, 2012 Laisser un commentaire

BRIGADE DE GENDARMERIE DE VRIDI-CITE

COMMENT LES ASSAILLANTS ONT OPERE

Image

La commune de Port-Bouët, au sud d’Abidjan, a vécu des moments difficiles dans la nuit du jeudi 20 septembre 2002. En effet, la brigade de gendarmerie de Vridi-Cité (Port-Bouët) a été la cible d’individus armés non identifiés qui y ont semé la terreur, cette nuit-là. Sans faire de mort, ni de blessé à ce poste de la gendarmerie, ils ont plutôt choisi d’emporter des armes qui y étaient soigneusement gardées. Mais comment ont-ils opéré ? Les assaillants sont arrivés peu avant 20 heures. « Il était précisément 19h 45 », croit savoir une source au sein de la maréchaussée. Ils étaient arrivés à bord d’un taxi qui avait, semble-t-il, été braqué.

 

Deux hommes en tenue civile ont alors pénétré dans la brigade de gendarmerie et se sont fait passer pour des plaignants, pendant que d’autres, en tenue militaire, montaient la garde dehors. Le planton, entre-temps, a demandé à ses deux visiteurs de patienter sur un siège tout près de lui, le temps pour lui d’achever un travail qu’il avait déjà commencé.

Mais, le gendarme de garde n’eut pas le temps de faire entendre raison qu’il est tenu en respect ainsi que quelques agents encore présents à leurs postes, par les agresseurs. « Couchez-vous ! », ont-ils intimé en brandissant leurs armes, avant de se diriger vers le local où sont stockées les armes.

 

Le 33e arrondissement et le corridor pris d’assaut

 

Ils ont emporté 9 kalachnikovs. Après leurs « emplettes », les assaillants, selon des témoins, ont pris la direction de Port-Bouët Centre. Dans leur fuite, ils ont braqué un véhicule 4×4 appartenant à Kotou Pascal, comptable de son état, avant de se heurter à des éléments des Forces républicaines de Côte d’Ivoire qui avaient été alertées. Le taxi à bord duquel ils étaient a été maîtrisé et des armes ont été récupérées. Il faut noter qu’au même moment, cette nuit-là, le commissariat du 33e arrondissement de police a été attaqué quand le corridor de Gonzagueville, toujours dans la commune de Port-Bouët, subissait l’assaut des assaillants dont un a été tué. Ali Soumahoro, soldat Frci de 2e classe revenant de Bassam s’est retrouvé nez à nez avec les agresseurs qui lui ont ôté la vie. Par ailleurs, un civil est mort après avoir reçu une balle perdue.

 

Source

A. BOUABRE- Soir Info

Publicités
Catégories :Uncategorized

GHANA, UN AGENT DES SERVICES SECRETS IVOIRIENS ENTRE LES MAINS DE LA DST GHANEENNE

septembre 2, 2012 Laisser un commentaire

ARRESTED

AGENT OF IVORIAN SECURITY IN BNI HANDS

Image

Quelques temps après l’extradition du ministre Lida Kouassi Moise, Hamed Bakayoko, ministre de l’intérieur de Dramane s’était livré à un one man show sur les antennes de la télévision nationale pour disait-il présenter des preuves irréfutables qu’un coup d’état en préparation venait d’être éventé par ses services. En plus du pseudo repenti du ministre Lida, une vidéo montrant des officiers de l’armée en exil depuis le kidnapping du président Gbagbo avait été largement diffusée. Dans celle-ci, le colonel Gnatoa Katé lisait ce qui semble être une déclaration de prise de pouvoir suite à un coup d’état.

Cependant quelques temps après, une lettre anonyme parvenue à plusieurs rédactions de journaux en Cote d’Ivoire démontait ces prétendues preuves et accusait le gouvernement ivoirien d’avoir plutôt monté cette distraction afin de faire rapatrier les refugiés ivoiriens.

Peu de personnes contrairement aux autorités ghanéennes avaient en effet accordées du crédit à cette confession (vous pouvez la consulter à ce lien

https://stevebeko.wordpress.com/2012/08/02/confession-dun-agent-de-renseignement-francais-sur-laffaire-du-coup-detat-dejoue/ .

Cependant les agents de renseignements de ce pays ont diligenté une enquête qui a aboutit a l’arrestation de cet agent des services de renseignements ivoiriens qui avait réussi à piéger certains officiers ivoiriens.

Ci-dessous un article paru dans la presse ghanéenne d’hier et plus précisément dans le quotidien THE INSIGHT relate cet autre camouflet du régime de Dramane.

‘’ ARRESTED

AGENT OF IVORIAN SECURITY IN BNI HANDS

A Ghanaian who has confessed to working for the security services of la Cote d’Ivoire has been grabbed by the bureau of national investigations (BNI) and is assisting in investigations.

The Ghanaian whose name was only given as Tsikata by security sources managed to convince his handlers in the Ivorian Security Services that he was a retired army officer with substantial influence in Ghana.

He also established contact with supporters of ousted Ivoirian leader Laurent Gbagbo who are currently exiled in Ghana.

With these contacts, Mr. Tsikata allegedly fed the Ivorian Security Services with concocted stories about Ghana’s involvement in attempts to topple the Ivorian government.

He also allegedly provided false information about Ivorian security operations to Gbagbo loyalists in Ghana.

Some well placed sources say that the impact of Mr. Tsikata’s activities was to undermine the very good relations existing between Ghana and la Cote d’Ivoire.

He was also alleged to be working on a scheme to provoke the repatriation of Ivorian exiles.

The BNI is said to be holding Mr. Tsikata on a court order.

VERSION FRANCAISE

ARRESTATION

UN AGENT DES SERVICES SECRETS IVOIRIENS ENTRE LES MAINS DU BNI

Un Ghanéen qui a avoué avoir travaillé pour les services de sécurité de la Côte d’Ivoire a été saisi par le bureau d’enquêtes nationales (BNI) et participe à des enquêtes.
Le Ghanéen dont le nom a été donné  Tsikata par des sources de sécurité a réussi à convaincre les responsables des services de sécurité ivoiriens qu’il était un officier de l’armée ghanéenne à la retraite avec une influence considérable au Ghana.

Il a également établi des contacts avec les partisans du chef déchu ivoirien, Laurent Gbagbo, qui sont actuellement en exil au Ghana.
Grâce à ces contacts, M. Tsikata aurait nourri les services de sécurité ivoiriens avec des histoires inventées sur la participation du Ghana pour tenter de renverser le gouvernement ivoirien.

Il aurait également fourni de fausses informations au sujet des opérations de sécurité ivoiriennes aux loyalistes de Gbagbo au Ghana.

Certaines sources bien placées dire que l’objectif des activités de M. Tsikata était de saper les  bonnes relations existantes entre le Ghana et la Côte d’Ivoire.

Il a également allégué travailler sur un programme visant à provoquer le rapatriement des exilés ivoiriens.

La BNI affirme maintenant que M. Tsikata est aux mains de la justice.’’

L’on s’aperçoit donc que la communauté nationale et internationale été induit en erreur afin de faire croire que des officiers ivoiriens en exil préparaient un coup d’état pour renverser le gouvernement illégitime de Dramane.

La vérité vient d’être découverte et Hamed Bakayoko fortement mis en cause dans cette affaire devra s’expliquer