Accueil > Uncategorized > VISITE DE OUATTARA EN ANGLETERRE Pro-Gbagbo et Pro-Ouattara s’affrontent à Londres • Prévue pour 2H, la conférence de Ouattara interrompue après 25 mn

VISITE DE OUATTARA EN ANGLETERRE Pro-Gbagbo et Pro-Ouattara s’affrontent à Londres • Prévue pour 2H, la conférence de Ouattara interrompue après 25 mn


Image

Ouattara exfiltré de la conférence par une porte dérobée

 

 

Le président ivoirien Alassane Ouattara séjourne en Angleterre depuis jeudi 26 juillet 2012. Arrivé à Londres, la capitale anglaise ce même jour, le N°1 ivoirien a pris ses quartiers à Bulgary Hôtels and Residents, London, 171 Knights Bridge, SW7 IDW. Dans son agenda, il devrait prononcer une conférence hier vendredi 27 juillet 2012, à Chatham House, dans le centre ville. C’était sans compter avec les Ivoiriens vivant à Londres, notamment les partisans de l’ancien président Laurent Gbagbo, qui tenaient coûte que coûte à perturber cette cérémonie, et ceux de l’actuel président Alassane Ouattara, le visiteur du jour, venus le soutenir. Ces deux groupes ont déporté leur division et mésentente dans la capitale anglaise, à l’image de ce qui se passe en Côte d’Ivoire. Ils ont manifesté bruyamment au point où la conférence du chef de l’Etat ivoirien a été purement et simplement écourtée. Celle-ci prévue, selon de bonnes sources, pour durer 2 heures d’horloge, ne s’est finalement tenue qu’en 25 minutes. La police anglaise qui craignait un débordement en cette période des Jeux Olympiques, a demandé l’annulation de la cérémonie. Question de sécurité. Les faits, c’est que les patriotes pro-Gbagbo de Londres, dont le CPAD, le mouvement de la résistance des patriotes au Royaume Uni, les femmes patriotes du Royaume Uni, le FPI, le COJEP, avec à leur tête,

Apollos Dan The, ont tenu à manifester devant le Chatham House, pour protester contre la visite de M. Ouattara en Angleterre. Dès huit (8) heures, les pro-Gbagbo se sont rassemblés en grand nombre à Saint James Square (Metro Picadilly Circus) pour faire mouvement vers Chatham House, précisément au Royal Institute of International Affairs, lieu de la manifestation. Propos hostiles au président ivoirien, messages virulents écrits sur des pancartes, tout y est passé pour dire NON ! à Ouattara. De leur côté, les partisans du président Ouattara ne sont pas restés les bras croisés. Ils ont eux aussi

effectué le déplacement, en petit nombre, pour soutenir le chef de l’Etat ivoirien. Avec des banderoles aux messages évocateurs, et des propos forts laudateurs, ils ont salué le président de la République de Côte d’Ivoire. Il faut le dire, chaque camp voulait faire une démonstration de force. Et la scène présentait, d’un côté les patriotes pro-Gbagbo et de l’autre les Ouattara boys qui s’affrontaient à coups de pancartes et de slogans au bord de la Tamise à Londres. Pour éviter que les deux camps en viennent aux mains, la police britannique a mis en place un dispositif de sécurité. Un mini bus de police a été posté entre pro-Gbagbo et pro-Ouattara pour empêcher les uns de voir les autres. Cela n’empêchait pas cependant les propos virulents, parfois irrévérencieux qui fusaient de toutes parts. Joint pour avoir les motifs de leur rassemblement, Mme Wassa Coulibaly, représentant les pro-Ouattara, a indiqué qu’ils sont venus soutenir le président ivoirien. «Nous sommes venus soutenir Alassane Ouattara pour avoir sauvé la Côte d’Ivoire. Il a ôté la Côte d’Ivoire des mains de Laurent Gbagbo, le tueur de femmes. Nous étions dans les ténèbres, il nous a envoyé à la lumière »,a-t-elle souligné. De son côté, Apollos Dan The, le leader des pro-Gbagbo, n’a pas lui non plus été tendre envers l’actuel patron du palais d’Abidjan. «Nous sommes venus tout simplement dire à  l’establishment anglais que celui qu’ils reçoivent en ce moment est un dictateur. Il a planifié le génocide Wê. Un tel personnage n’est pas digne d’être reçu par les dirigeants Anglais », a noté Appolos Dan Thé. Face à la montée d’adrénaline dans les deux camps, la conférence que le président ivoirien devrait animer a été écourtée. La police a dû le faire sortir de l’hôtel par une porte dérobée.

 

Thibault R. GBEI

Envoyé spécial  DE l’INTER à Londres

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :